Étiquette : caramel

Pavlova Breton {fraise et caramel au beurre salé}

8

Premier Pavlova pour moi, et sans doute pas le dernier. C’est tellement simple à faire ! J’ai choisi de faire une crème chantilly très peu sucrée à cause la meringue et du caramel particulièrement crémeux. J’attire votre attention sur le fait que ce caramel est plus une sauce au caramel au beurre salé qu’un caramel au beurre salé ordinaire. Celui-ci est plus liquide, et plus crémeux. J’adore ! Et cela s’étale mieux pour un pavlova. A vos poches à douille !

2

7

Pour le coulis de caramel il vous faut :
– 15 morceaux de sucre
– 10 cl d’eau
– 30 g de beurre
– 4 cuillères à soupe de crème fraiche
Faire caraméliser le sucre et l’eau. Quand le mélange est brun, retirer du feu. Ajouter le beurre, bien l’incorporer, puis la crème. Réserver au frigidaire.

Pour la meringue il vous faut :
– 120 g de sucre blanc
– 2 blancs d’œuf
Monter les blancs en neige. Quand ils sont bien fermes et sans cesser de battre, verser doucement le sucre. Eteindre immédiatement le batteur. Sur une feuille de papier sulfurisé, former à la poche à douille des disques de meringue. Monter une bordure plus haute de façon à former comme une petite « piscine ». Placer 45 minutes au four à 120°.

Pour la chantilly il vous faut :
– 20 cl de crème fraiche liquide ENTIERE
– 15 g de sucre glace
Placer la crème, la jatte où elle sera montée et les bras du batteur au frigidaire. Quand le tout est bien frais, monter la crème bien dense, puis ajouter sans cesser de battre le sucre glace.

Pour le dressage il vous faut :
– Des fraises de Plougastel
Étaler du caramel dans le fond des meringues. Couper des fraises en deux et les placer sur le caramel. Recouvrir de crème chantilly, d’une nouvelle couche de fraises et d’une cuillère de caramel. Manger de suite !

9

4

1

3

 

ET AVEC CA QU’EST CE QU’ON BOIT ???

Frederic Nouet - Verallia (5)Il revient, il est inspiré, il utilise des mots VACHEMENT compliqués : L’œnologue des Enchantées !!! Bon, alors j’ai quand même un peu fait travailler le dictionnaire Larousse je ne vous le cache pas parce que « empyreumatique », pour moi à priori, ça évoquait plutôt un bateau pneumatique impérial que le monde du vin. Alors finalement, des notes empyreumatiques ce sont des notes de grillé, brulé, fumé, torréfié. Le bateau de l’empereur a fondu quoi…

« Avec ce meilleur dessert du monde, enfin il y a d’autres meilleurs desserts dans le monde, il faudra encore une fois jouer avec la complexité. La complexité dans un breuvage c’est un mélange de saveurs qui se révèlent au nez ou en bouche de manière distincte au cours de la dégustation. Pour ce Pavlova Breton, il faut quelque chose qui ait des flaveurs de caramel et de fraise. Finalement les accords mets vins c’est toujours aussi simple ! Enfin il reste tout de même à connaitre/trouver ce qui a de telles flaveurs ! Je vous conseillerai donc un Champagne rosé à base de Pinot Noir ou un Crémant de Bourgogne rosé parce que c’est comme le Champagne, souvent à base de Pinot Noir, mais surtout c’est moins cher. Ces vins présentent des notes de petits fruits rouges avec une finale biscuitée qui peut s’apparenter à du caramel… Pour un accord mets vins moins technique choisissez un Porto rouge chez un caviste, vieilli en fût vous aurez à la fois les fruits rouges et les notes empyreumatiques ! »

Éclats de caramel, chocolat et écorces d’oranges confites

6Une petite douceur au beurre, du chocolat amer et ce qu’il faut d’orange confite pour sentir que Noël approche à petits pas ! Attention cette recette est piégée… Facile à faire, parfaite pour accompagner la pause café, mais un peu trop addictive pour être tout à fait innocente… Bref, s’il n’y a pas de sorcellerie là-dessous je ne m’y connais point… A vos fourneaux les magiciers-pâtissiens !

Pour cette recette il vous faut :
– 250 g de sucre blanc
– 125 g de beurre
– 50 g d’eau (ou 5 cl)
– 200 g de chocolat noir corsé
– 40 g d’écorce d’orange confite

Mettre sur feu moyen le beurre, le sucre et l’eau dans une casserole. En chauffant, le mélange va former une mousse couleur crème qu’il faut remuer de temps en temps avec une cuillère en bois, jusqu’à ce qu’elle prenne une couleur blonde (pensez à la couleur du caramel au beurre salé). Couper le feu et remuer le mélange jusqu’à ce qu’il cesse de bouillir et que les bulles disparaissent. Verser immédiatement  le caramel sur une feuille de papier sulfurisé et laisser refroidir. Couper l’écorce d’orange confite en petits dés. Faire fondre le chocolat noir au bain marie, le répandre sur le caramel durci et parsemer les dés d’orange confite par dessus. Laisser refroidir à température ambiante (pas de réfrigérateur, cela fait blanchir le chocolat !) puis conserver au sec. Bon appétit !

1

4

8

3

7

2